ÉDUCATING-POINT
A la Une

SANTÉ – SEXUELLE : le vaginisme

Défini comme étant une peur ou une panique de la pénétration, le vaginisme conduit la femme qui en souffre à adopter diverses stratégies pour éviter toute pénétration. Environ 1 % des femmes en âge de procréer sont éteintes de vaginisme ; elles représentent 6 à 15 % des consultantes en sexologie. Quelles en sont les causes ? Peut-on soigner ces maux ?

Comment reconnaître le vaginisme ?

Le vaginisme est un trouble psychique du comportement sexuel qui se caractérise par des contractions involontaires et incontrôlables des muscles du vagin.

Le vaginisme peut-être : primaire, c’est-à-dire présent depuis toujours ; secondaire, c’est-à-dire apparu à la suite d’une période de fonction sexuelle normale. Concrètement, les muscles du plancher pelvien se resserrent instantanément dès qu’il y a tentative de pénétration.

Quelles sont les causes du vaginisme ?

Les causes du vaginisme sont principalement d’ordre psychologique : le vaginisme peut apparaître si de précédentes pénétrations vaginales ont causé une douleur, la peur d’avoir mal qui prend alors le dessus peut provoquer des contractions des muscles du vagin ; une expérience traumatisante par le passé : abus sexuel, examens médicaux invasifs et douloureux, etc. peut engendrer un vaginisme ; un stress et une incertitude concernant le rapport sexuel peuvent parfois amener les muscles du plancher pelvien à se contracter pour protéger le vagin de toute pénétration ; le vaginisme peut aussi être primaire : une éducation stricte par rapport au sexe peut engendrer des blocages d’ordre psychologique ; des troubles sentimentaux ou professionnels peuvent favoriser l’apparition du vaginisme.

Des facteurs autres que psychologiques peuvent en être la cause comme : la ménopause ; une malformation du vagin ; une infection vaginale.

Quelles sont les conséquences du vaginisme ?

Le vaginisme peut être source de douleur dès lors que la pénétration est forcée et peut devenir un cercle vicieux : plus la perception de la douleur est présente, plus le vaginisme va se renforcer.

La contraction des muscles du vagin peut empêcher d’avoir des rapports sexuels, ce qui peut parfois avoir des répercussions négatives sur le couple en raison d’une frustration alimentée par l’impossibilité de satisfaire ses envies.

L’impossibilité de concevoir un enfant peut aussi être une conséquence du vaginisme du fait d’une pénétration impossible.

Quelles solutions pour soigner le vaginisme ?

Des solutions simples existent pour lutter contre le vaginisme, comme des exercices permettant d’apprendre à détendre les muscles du vagin petit à petit tout en apprenant à connaître son corps pour mieux le contrôler. Il s’agit d’un traitement thérapeutique, il est donc conseillé de prendre rendez-vous avec votre gynécologue ou sexologue afin de suivre ce traitement.

Travailler sur le plan psychologique pour trouver la source du vaginisme peut également aider à résoudre ce trouble. Des thérapies de rééducation peuvent également s’avérer efficaces : la thérapie corporelle avec un kinésithérapeute spécialisé en pelvi-périnéologie : cette thérapie permet de redécouvrir son anatomie et d’explorer son sexe.

À terme, les patientes peuvent avoir recours à des dilatateurs vaginaux et au besoin des relaxants ; l’approche mentale par l’hypnose ou une thérapie cognitivo-comportementale : ces deux approches permettent de modifier les pensées automatiques et les réflexes de peur chez la femme atteinte de vaginisme.

Enfin, n’hésitez pas à vous rapprocher de votre gynécologue afin de détecter une éventuelle infection vaginale qui pourrait être responsable du vaginisme.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page