ÉVÉNEMENT
A la Une

ELAN DE SOLIDARITÉ : Chantal Biya marraine de la 1ère édition du  »Sahel Solidaire ’24 »

[abelainfo] - Le 28 juin 2024, l'Hôtel Hilton de Yaoundé va servir de cadre de lever des fonds, en vue de soutenir des projets phares destinés au renforcement de la résilience sociale, environnementale et culturelle des communautés vulnérables de la région de l'Extrême-Nord du Cameroun. Cette soirée caritative, est placée sous le haut patronage de la Première Dame du Cameroun, Ambassadrice de bonne volonté de l'Unesco.

Le 28 juin 2024, c’est la date du lancement officiel de la première édition du projet « Sahel Solidaire ’24 » à l’Hôtel Hilton de Yaoundé. Il s’agit d’un programme ambitieux visant à renforcer de manière intégrée la résilience sociale, environnementale et culturelle des communautés vulnérables de la région de l’Extrême-Nord du Cameroun, dans l’objectif de leur permettre de s’épanouir et de prospérer.

Ce projet se décline en six volets principaux dont : Une initiative intégrée pour l’éducation, la lutte contre la famine, la prévention des violences et la promotion des droits de l’homme ; Des activités liées à la culture et à la gestion du patrimoine ; Des actions pour le développement durable ; La création d’un centre multifonctionnel artistique (CMA) à Maroua ; Une initiative en faveur de l’économie locale et de l’entrepreneuriat des jeunes ; Un projet d’accès à l’eau potable et d’installation d’équipements hydrauliques dans les zones vulnérables et arides.

Porté par Rachel Yaoudam, co-fondatrice de l’association humanitaire Sahel Héritage, ce projet a pour but de lever des fonds auprès des particuliers, bailleurs de fonds, institutions, entreprises, fondations caritatives et des agences gouvernementales, afin de financer la mise en œuvre de ces différents projets au bénéfice des populations cibles de l’Extrême-Nord. Durant cet événement, le programme « Sahel Solidaire ’24 » sera présenté aux potentiels donateurs et bienfaiteurs, et une sensibilisation sera menée sur l’importance d’agir collectivement pour améliorer les conditions de vie des populations vulnérables de cette région.

En effet, l’Extrême-Nord fait face à de multiples défis, allant de la crise sécuritaire à la déscolarisation en passant par les changements climatiques qui amplifient la pauvreté. Il est donc primordial de mobiliser des ressources pour mettre en place des solutions durables visant à relever ces défis et à offrir de meilleures perspectives d’avenir aux communautés les plus nécessiteuses.

Ce sont quelques 500 invités soigneusement sélectionnés qui assisteront à cet événement d’envergure, retransmis en direct par les chaînes partenaires. À cette occasion, la Première Dame Chantal Biya recevra officiellement le « Grand Prix Human » pour ses œuvres socio-humanitaires en faveur des populations de la région de l’Extrême-Nord en particulier, et du Cameroun en général. Des prix seront également remis à dix autres acteurs, personnes morales et physiques, dont les efforts remarquables dans les domaines social et culturel méritent une reconnaissance publique.

Les fonds collectés lors de cette soirée de gala permettront de mettre en œuvre, en faveur des populations de l’Extrême-Nord, des projets à la durabilité avérée. Ainsi, « Sahel Solidaire ’24 » mise sur des programmes de formation professionnelle, la création d’opportunités économiques durables, des projets pilotes de gestion durable des ressources naturelles, la valorisation des savoirs locaux et du patrimoine culturel de la région. L’objectif est notamment de mettre sur pied un centre multifonctionnel des arts et des métiers, offrant une formation dans les domaines artistiques et artisanaux.

Cet événement s’inscrit dans le cadre de la politique de protection sociale initiée par le président Paul Biya, qui accorde une importance capitale au capital humain et au bien-être de tous les Camerounais, conformément à la Stratégie Nationale de Développement 2030. En tant qu’ambassadrice de bonne volonté de l’Unesco, la Première Dame Chantal Biya apporte son soutien et son engagement personnels à cette initiative, qui vise à autonomiser les communautés les plus vulnérables de l’Extrême-Nord.

Raphael Mforlem

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page