ÉCONOMIE
A la Une

MARCHÉ DE CIGARETTES : Les importations restent élevées malgré une taxe à la hausse

[abelainfo] - Bien que le Cameroun ait renforcé la fiscalité sur les importations de cigares et cigarettes, ces produits demeurent très demandés dans le pays. Les chiffres des importations révèlent une baisse en 2023 par rapport à 2022, mais restent néanmoins supérieurs à 2 000 tonnes.

Malgré une taxation plus rude, les importations de cigares et de cigarettes au Cameroun restent élevées. En 2023, le pays a importé 2 189,5 tonnes de ces produits, pour une facture totale de plus de 14 milliards FCFA. Bien que ces chiffres soient en baisse par rapport à 2022, où les importations avaient atteint 2 425,4 tonnes pour 17,2 milliards FCFA, le niveau d’importation demeure substantiel.

Cette tendance s’inscrit dans un contexte de renforcement de la fiscalité sur les produits du tabac. En 2020, la loi de finances a institué un taux de droits d’accises ad valorem de 30 % sur les tabacs bruts, les cigares et les cigarettes. Cette mesure a d’abord semblé dissuasive, puisque les importations sont passées de 1 743 tonnes en 2021 à 2 425,4 tonnes en 2022. Mais en 2023, on observe une baisse de 18 % en valeur, atteignant 2 189,5 tonnes.

Plusieurs éléments peuvent expliquer cette évolution. D’une part, la demande locale pour ces produits semble toujours forte, malgré la hausse des prix induite par la taxation. D’autre part, les efforts de lutte contre la contrebande et la contrefaçon, renforcés par l’introduction de nouvelles vignettes sécurisées en 2021, ont pu contribuer à capter une partie des volumes auparavant dissimulés dans les circuits illicites.

Les autorités camerounaises estiment en effet que la contrebande et la contrefaçon des cigarettes entraînaient chaque année des pertes de l’ordre de 10 milliards FCFA pour le fisc. Le renforcement de la traçabilité et de la sécurisation des produits a donc vraisemblablement permis de capter une partie de ces volumes qui alimentaient jusqu’alors le marché parallèle.

Ainsi, malgré une politique fiscale volontariste visant à décourager la consommation de tabac, le Cameroun demeure un marché très attractif pour les importateurs de cigares et de cigarettes. La vigueur de la demande locale, combinée à une lutte accrue contre les circuits informels, explique le maintien d’un niveau d’importations élevé, au-delà de la barre des 2 000 tonnes annuelles.

A.B

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page